Posts Tagged ‘politique’

Serge Péloquin poursuivra Gilles jr Lemieux à nos frais!

25 septembre 2015

L’art de se tirer dans le pied!

À Sorel-Tracy, la majorité du conseil municipal a déterminé qu’il était judicieux d’utiliser les fonds publics pour poursuivre un citoyen. En gros c’est ce que je retiens de cette décision. Alors que les citoyens de l’ensemble du Québec croulent sous les taxes et impôts de toutes sortes, alors que des citoyens de Sorel-Tracy dénoncent notre fardeau de taxe, nos élus majoritairement ont décidé de poursuivre un citoyen!

Soyons honnête, qui savait avant que le conseil vote cette résolution que le citoyen Lemieux avait refusé de retirer le mot « malhonnête » de sa plainte devant la CMQ ?

C’est donc à dire que les actions du conseil et la décision de notre maire de protéger son intégrité semblent ébruiter plus le contenu de la plainte, que la plainte elle-même! Poursuivons-nous la bonne personne ?

Le problème cette fois à mes yeux, c’est qu’on autorise un élu à recourir à des fonds publics pour attaquer un citoyen. Comme le rapporte Louise Gregoire Racicot dans le BAC de Sorel-Tracy du 25 septembre dernier, bien que ce soit correct il faut se demander si  c’est morale et éthique ?

Pire encore, le Maire Péloquin ce serait engagé, si il gagnait, a rembourser les honoraires juridiques payé par la Ville de Sorel-Tracy! Il est aussi là le problème, si au contraire, il perdait, et que les citoyens avaient payé une poursuite questionnable qui payera les pots cassés ?

lemieux-peloquinDes honoraires légaux ne sont pas à la porté de toutes les bourses, si maintenant les élus peuvent se permettre de poursuivre des citoyens avec l’argent des contribuables, on nourrit alors le cynisme envers la classe politique.

Je ne défend pas le citoyen Lemieux dans ce cas, par contre, l’accès à la justice étant ce qu’il est dans notre belle province, comment pourra-t-il payer lui ses honoraires d’avocat et frais de défense, pourrait-il poursuivre la ville en dommage par la suite si le Maire Péloquin en venait à perdre à la cour ?

Si l’ensemble des politiciens poursuivaient tous les citoyens qui ont traité un jour ou l’autre un élu de corrompu, de malhonnête ou de cro*** on manquerait surement d’avocat!

Je me sens sincèrement outré de savoir que mes taxes servent à ça à Sorel-Tracy!

*source de l’image http://prd.rb.les2riveslavoix.ca/actualites/2015/6/9/un-ancien-conseiller-depose-une-plainte-contre-le-maire-serge-pe.html

 

Publicités

Est-ce de la propagande de gauche selon vous ?

28 mai 2012

Dans les derniers jours, j’ai moins écrit, je suis resté plus tranquille, je n’avais même pas mis en ligne mes dernières chroniques concernant les casseroles, la loi 78, la réforme du chômage, etc.

Ce soir, de retour d’un spectacle, je décide de regarder un peu ce qui se disait sur facebook. Un ami publiait un tableau avec la mention « Les chiffres parlent d’eux-mêmes »

Bien que j’aie des opinions, je tente toujours d’observer la situation politique avec le plus d’objectivité possible, mais ce tableau puait tellement la mauvaise foi que je n’ai pu m’empêcher d’écrire ce texte. J’espère que les gens de la droite vont dénoncer ce genre de supposées données sur la situation fiscale des particuliers en rapport aux entreprises. J’espère surtout que des gens de gauche seront un peu clairvoyants pour ne pas se laisser berner.

Le tableau veut comparer les données de 1963 et celle de 2011, laissant ainsi croire que les méchantes entreprises ont réduit leurs contributions pendant qu’on saignait les pauvres citoyens de la classe moyenne. On ne peut pas réécrire l’histoire, mais j’aimerais bien qu’on se rappelle que ce n’est pas les entreprises qui bénéficient des larges programmes sociaux dont nous nous sommes dotés, et qu’à eux seuls ils viennent déjà changer la charge fiscale que nous nous devons d’assumer.

Assurance Maladie
Assurance médicament
Aide juridique
Aide sociale
Programme de garderie subventionnée
Ministère de l’Éducation
Régime québécois d’assurance parentale
… 

On pourrait continuer ainsi très longtemps, mais je pense que le concept est clair, nous avons décidé de nous offrir des beaux programmes sociaux au fil des années, aujourd’hui certains vont dire que c’est pas juste on paye trop par rapport aux entreprises? Ne soyons pas naïf, ce que nous avons voulu comme société nous devons aussi l’assumer, ce n’est pas aux entreprises de le payer pour nous. C’est bien beau la propagande, mais si vous voulez comparer 1963 et 2011, restez donc un peu crédible dans votre calcul s.v.p. et donnez un peu d’information afin que les lecteurs comprennent de quoi il en retourne.

Formation pour critique en spectacle

21 mai 2010

Dernièrement, un collègue de la blogosphère tentait de jouer les critiques en théâtre.Visiblement, il serait temps qu’il apprenne à regarder le spectacle pour le critiquer. Il me rappelait ces gens de la go-gauche d’une certaine émission télé qui se permettaient de critiquer un livre sans l’avoir lu ou d’autres de la radio d’état qu’il avait pourtant lui-même dénoncé! Bref, voici donc une petite formation en spectacle.

La biographie :

Il y a presque un an, Sylvie Roy, alors chef par intérim de l’ADQ, avait invité tous les partis d’opposition à se joindre à l’ADQ afin de dénoncer le PLQ. Depuis ce temps les faits lui ont donné raison : il est clair qu’il y a beaucoup faits troublant dans la gestion du Québec par le Parti Libéral. L’absence de direction, l’entêtement à ne pas faire de commission d’enquête sur la construction en sont des exemples. Des apparences tellement troublantes que, même hier, Jean Charest a décidé de renoncer à 75,000$ de salaire qui lui était versé par son parti. Il y a un véritable inconfort.

La fiction :

Voyant là une belle façon de se donner le beau rôle, Pauline Marois a décidé d’orienter les actions de son parti vers la dénonciation des cas douteux. L’acharnement dans le dossier Tomassi a bien démontré que le travail d’un parti d’opposition était utile, et pouvait faire la lumière sur des faits. À ce titre, le travail de François Bonnardel cette semaine montre bien que l’ADQ peut aussi accomplir un excellent travail pour dénoncer les cas de gestion douteuse.

Dans le cas de Mme Marois, sa victoire dans le cas Tomassi lui a donné des ailes. Pendant tout un week-end elle a proposé à son parti de faire un virage plus à droite, et s’est engagée à la première occasion à renverser le PLQ afin de diriger le Québec. Mais son parti a refusé le virage, bien qu’ils aient tous soif de pouvoir dans la cour de la « reine » Pauline, ils refusent tous d’offrir de nouvelles alternatives pour la gestion.

Rien n’y fait pour Pauline : on continue, le parti suivra, on pourra défaire le gouvernement et surtout, les spécialistes en image entourant Pauline continuent de jouer cette carte en la montrant comme une chef forte capable de défier Jean Charest

Le drame fantastique :

Pour que ce soit crédible, il fallait y aller d’un coup d’éclat. Des élections peuvent se tenir et Marc Picard déclare : « Je n’ai aucun problème à aller en élection demain matin » .Amir Khadir ajoute : « S’il y a une opportunité à saisir, à un moment où à un autre, sur le plan législatif, sur le plan procédure pour bloquer carrément ou faire tomber le gouvernement, Québec solidaire serait ravi. On n’a aucune peur d’aller devant l’électorat ».

Avec de pareilles déclarations, quoi de mieux que de faire un beau film avec séance photo montrant Pauline forte rassemblant autour d’elle M. Khadir, M. Caire, M. Picard.

Le problème c’est que ce n’est pas crédible. Mme Marois est elle-même se retrouve à la tête d’un parti qui ne lave pas très blanc, pour lequel il y a aussi des apparences douteuses de son époque au pouvoir. 

Le roman d’amour :

Afin de bien démontrer le pouvoir de Pauline, il faut une bonne mise en scène et la placer au côté de marionnettes qui la montreront forte. Quoi de mieux que de montrer que les candidats indépendants pourraient donner raison à des partis souverainistes.

Bien que ça relève de la fiction, c’était vraiment « cute » à voir, et ça pouvait presque nous tirer une larme de voir. M. Caire en recueillement aussi spirituel. Ça en dit long sur le confort qu’il ressent d’être présent aux côtés d’une chef qui représente exactement le contraire des valeurs politiques que lui-même à toujours défendu.

Le drame historique :

Dans les prochains jours la motion sera déposée et, comme de raison, elle n’aboutira pas à de nouvelles élections, heureusement! Mais elle montrera encore Pauline Marois à la tête d’une coalition rassemblant des fidèles serviteurs, et les gens retiendront qu’elle est peut-être la femme qui pourrait rassembler les gens, à preuve certains ont trahi leurs valeurs pour se montrer à ses côtés.

Heureusement, messieurs Caire et Picard vous avez encore des collègues à l’Assemblée nationale qui ont encore une colonne et qui ne cherchent pas de l’image, mais qui défendent des convictions. Non pas la conviction de renverser un gouvernement, mais bien de faire fonctionner les gouvernements démocratiquement élus, en demandant que la lumière soit faite sur la gestion, mais pas au prix de renoncer à des valeurs qui font qu’ils sont aujourd’hui député.

À bien noter dans votre cours

Il n’était pas nécessaire de se racoler à des vampires de pouvoir pour défendre des convictions. Tout les partis d’oppositions, l’ADQ en tête, ont toujours souhaité et continuent d’exiger une commission d’enquête. Comme l’élève Morin le dit lui-même, le gouvernement n’avait pas besoin de ce point de presse pour être ébranlé.Mais Pauline Marois pourra clairement en tirer profit en s’étant présentée comme une grande femme d’état capable de convertir bien des gens. À preuve, même d’anciens adéquistes sont prêts à se prosterner et se recueillir à ses côtés!

Renvoi de Tony Tomassi: « Il faut une commission d’enquête sur le financement du Parti libéral du Québec » – Gérard Deltell

7 mai 2010

Croyant sincèrement que la troisième voie au Québec peut être l’ADQ, je vais tenter d’ajouter dorénavant les communiqués du parti.

Le chef de l’Action démocratique du Québec et député de Chauveau, M. Gérard Deltell, a formellement demandé ce soir la tenue d’une commission d’enquête exclusive sur le financement du Parti libéral du Québec. Réagissant au congédiement du ministre Tony Tomassi, le chef adéquiste a affirmé que « cela ne lève en rien l’apparence de collusion et l’influence des grands contributeurs du Parti libéral sur l’exercice du gouvernement ».

« Jean Charest a congédié son ministre le plus fragile sur les questions d’éthique pour une histoire qui remonte avant sa nomination au gouvernement. Le chef libéral poursuit son aveuglement volontaire, alors qu’il persiste à dire que l’octroi des places en garderies aux amis du parti est tout à fait légitime », a également déclaré M. Deltell.

Les faits troublants ne cessent de s’accumuler : le fractionnement des contrats dans la construction, l’augmentation spectaculaire des contrats sans appel d’offre, tous les scandales du milieu de la construction, les allégations de son ex-ministre de la Justice sur la nomination des juges, nomination du Secrétaire général du Québec par un financier libéral, refus d’adopter rapidement un code d’éthique pour les élus, l’octroi des places en garderies aux amis du parti, trois ministres qui affirment que les entreprises financent illégalement le Parti libéral, le député de Rivière-du-Loup qui contrevient à la loi sur le lobbying et celui d’Argenteuil qui fait affaire avec l’État pendant qu’il est ministre, etc. 

« Le Québec mérite mieux. Les Québécois en ont assez de voir leur premier ministre cautionner autant de problèmes d’éthique », a conclu le chef de l’ADQ.

Prolongement de l’assurance-emploi en cas de maladies graves.

3 mai 2010

Pour ou contre?

Depuis quelques jours, suite à la démarche d’une citoyenne, il y a un mouvement qui souhaite prolonger les prestations d’assurance-emploi pour les gens atteints d’une maladie grave. Ça doit bien faire 10 jours que j’ai écrit ce texte. Bien que je sois confortable avec l’idée de ce texte, je crois qu’il ne fait pas nécessairement l’unanimité, je souhaite en réalité, en le publiant, lancer la discussion! Notez que je trouve très louable de courageux le combat de Mme Dubé, et c’est pourquoi je vous invite aussi à voir son Blog pour connaître sa position.

Mais revenons à mon point, premièrement, nous sommes présentement dans une situation où nous devons couper dans les services de l’état, des citoyens sont sortis dans les rues pour manifester contre l’imposition des frais de 25 $ ou 100 $ et même de 200 $ pour les soins de santé. Selon différentes estimations, nous pouvons croire que le fardeau financier des citoyens de la classe moyenne sera de plus de 1000 $ par famille. 

J’ai beaucoup de compassion pour aider des personnes atteintes de maladie grave, mais j’ai de la difficulté à suivre comment nous pourrions accepter de payer 2 $ par semaine pour de nouveaux frais qui permettront de prolonger une période de congé pour traitement, alors qu’on refuse de payer des frais pour justement continuer de soigner!

Ce qui me fait encore plus peur, ce serait que le gouvernement gère ce genre d’assurance comme pour le régime Québécois d’assurance parentale, ou d’assurance maladie, bref en augmentant année après année le fardeau du paiement dans nos poches! 

Ce genre d’assurance existe déjà au privé, ce n’est pas à l’état de prendre la responsabilité des citoyens, mais bien à eux de choisir ce qu’ils veulent comme protection.

Et vous, pour ou contre le prolongement?

Mes taxes ne doivent pas servir à ça!

13 avril 2010

Dans la foulée des déclarations de Marc Bellemare, le premier ministre Jean Charest a menacé Me Bellemare de poursuite judiciaire. Or si telles poursuites sont entreprises, elles seront payées par mes taxes.

Un procès durera pendant des années, coûtera des milliers de dollars, et ne nous fera pas nécessairement la lumière sur la vérité. Un des deux hommes ment, ou Jean Charest ou Marc Bellemare, une fois que nous aurons établi ce fait nous pourrons voir à poursuivre le fautif, mais d’ici là, mes taxes ne doivent pas servir à museler un individu qui veut divulguer de l’information. 

Il existe des mécanismes dans nos institutions publiques qui pourraient faire la lumière et nous démontrer qui dit la vérité, mais en laissant Jean Charest se faire juge et parti on risque ainsi de noyer le poisson.

Tout comme le ménage se doit d’être fait dans les finances publiques, il faut aussi rétablir la crédibilité des individus en donnant l’immunité à Marc Bellemare. S’il ne peut prouver le fondement de ces déclarations, on décidera des poursuites, mais aux dernières nouvelles, Me Bellemare n’est pas stupide et n’aurait pas risqué de perdre sa crédibilité sans fondement. D’ailleurs, j’aimerais ici rappeler la déclaration de M. Charest « ….les déclarations de que Marc Bellemare sont essentiellement des mensonges » le mot essentiellement me laisse perplexe, ça laisse place aux doutes. Ne laissons pas le gouvernement utiliser nos impôts pour dissiper des doutes!