Posts Tagged ‘Levesque’

Si on se relevait

9 mars 2010

Voici la copie de mon texte qui est publié dans l’édition du 9 mars du Démocrate. 

Mon implication à l’ADQ a débuté en 1998. J’avais alors été candidat pour l’élection historique de notre parti où pour la première fois nous présentions 125 candidats. Bien-sûr nous commencions à prendre notre place, mais nous n’avions pas de grands moyens financiers, pas d’organisation solide et peu d’expérience. Je me souviens qu’un journaliste de ma ville avait demandé à Mario Dumont s’il trouvait crédible ma candidature. On partait de très loin, et je pense qu’à l’époque on ne nous prenait pas encore au sérieux. On était le parti sympathique.

Aujourd’hui, la situation a beaucoup changé. Nous n’avons pas de grands moyens financiers, notre organisation se rebâtit, mais nous avons maintenant de l’expérience, et nous jouons aussi sur la vraie patinoire. Nous devons montrer qui nous sommes et nous battre pour faire valoir nos idées. Qui a dit que cela serait facile? Nous avons devant nous un grand défi et nous sommes l’unique alternative. Je pense à plusieurs personnes qui sont présentement sur les lignes de côté; mes amis blogueurs, les chroniqueurs médiatiques. Nous avons des voix qui portent notre message, ce que nous n’avions pas avant. Nous avons des gens qui partagent nos idées. Je dis à eux que c’est le temps de revenir. Nous avons un nouveau chef qui a décidé de plonger. Nous avons un nouveau président qui a su dans le passé démontrer ses capacités d’organisateur.

Nous avons maintenant une place pour chacun de vous, nous avons une équipe à bâtir, un parti à relever, un espoir à redonner au Québécois. Ce travail, il est pour chacun de nous mais on a besoin de vous. Tous ensemble, si on se relevait…

Pour consulter la version complète du Démocrate

C’est vraiment Caire qui démonise l’ADQ.

23 février 2010

Pierre Morin, collègue blogueur écrivant sur « Ecran Radar »,que j’adore lire, répondait à mon texte, qui demandait si Eric Caire risquait de nuire au Centre-Droit. Visiblement, dans sa réponse, mon ami Morin, me démontrait avec des arguments intéressants qu’il y avait deux cotés à la médaille

J’ai tardé à réagir à ses propos. Premièrement, je me disais que la base de mon argumentaire était surtout basée sur un article assez court dans un journal. Deuxièmement, ce journal n’est pas reconnu pour favoriser les mouvements plus à droite et que par conséquent, il fallait peut-être modérer les propos que j’y avais lu.

Hier, toujours grâce à mon ami, j’ai eu l’occasion d’entendre l’entrevue d’Eric Caire à Benoit Dutrizac. Cette fois, on ne parlait pas de montage, on ne parlait pas de parole rapportées, mais bien une entrevue ou M. Caire exprimait bien librement son point de vue.

Déjà à deux minutes, M. Caire, qui semble encore vivre dans le passé de la course à la chefferie, dénonçait le fait qu’il trouvait Christian Lévesque trop à gauche pour occuper le poste de président.. (audio-1)Quand on lit entre les lignes, il ne semble pas apprécier cette nomination, ajoutant au passage que M. Deltell devait faire un gros travail auprès des militants qu’il juge trop à gauche!

« J’aimerais ici faire une confidence, en octobre dernier, j’ai voté avec fierté pour M. Lévesque comme chef de l’ADQ, je voyais en lui le meilleur rassembleur, mon second vote était allé à Gilles Taillon, j’ai tellement regretté mon choix dans les jours suivants que je m’en serais volontairement confessé. Mais je n’avais pas donné mon second vote à Caire, car il n’avait jamais réussi à me convaincre qu’il saurait ramener les gens autour de lui, sa façon méprisante de dénigrer ses adversaires m’avaient convaincu de l’éliminer de mes choix. Aujourd’hui je pense que je n’avais peut-être pas tort! Fin de la confidence »

Or si nous revenons à l’entrevue de M. Caire, ce qui me dépasse c’est le fait qu’il dénonce le coté qu’il considère trop à gauche de Lévesque, mais qu’il est tout à fait disposé à travailler avec « le père du budget de l’an 1 d’un Québec-Souverain ». Pire alors qu’on lui dit que Lucien Bouchard a saccagé les systèmes de santé, d’éducation et autres, il approuve en disant oui c’est avec lui que je veux travailler!

Je pense effectivement que les Bouchard, Legault, Facal et autres sont des candidats de choix pour rejoindre un mouvement de centre-droit, mais jamais je n’accepterai de cracher sur les Christian Lévesque, Janvier Grondin, Sylvie Roy, qui continuent de porter de leur mieux les couleurs adéquistes, pour me donner plus de crédibilité.

Éric Caire, tout comme moi, pense qu’il faut revoir nos façons de faire en matière de santé, d’éducation, de finance publique et beaucoup d’autres. Mais il oublie que le parti dont il portait les couleurs il y a seulement quelques mois n’a pas changé son programme. Le programme, qu’il défendait lui-même comme porte-parole en matière de santé, est encore le même.

J’ai un jour trouvé dommage que Gérard Deltell n’arrive pas à convaincre Eric Caire de revenir à l’ADQ. Maintenant ma réflexion évolue, et je commence à penser que c’est plutôt Caire qui ne voulait pas revenir et c’est peut-être mieux ainsi car l’ADQ qui se rebâtit en sera une avec l’envie de jouer en équipe!

Je conclurai en m’inspirant encore du texte de mon collègue blogueur Morin… « j’ai trop de respect pour les militants, ils sauront quand ce sera le temps pour eux d’écrire la prochaine page et de regarder en avant, plutôt que derrière. Je réserve mon mépris pour ceux et celles qui font en sorte de faire imploser ce parti et qui, pour arriver à leur fin, ont détourné la réalité pour se donner de la crédibilité. »