Posts Tagged ‘Gignac’

Nouvelles révélations de l’ADQ

19 mai 2010

« Le ministre Gignac n’a pas fait le ménage promis dans les FIER » – François Bonnardel

Le porte-parole de l’ADQ en matière de finances publiques, M. François Bonnardel, a dévoilé aujourd’hui que rien n’est réglé dans les problèmes d’éthique et de gouvernance du Fonds d’intervention économique régional (FIER). Au contraire, il a dévoilé qu’en 2010, deux des trois administrateurs du FIER Carrefour-Capital sont toujours gestionnaires ou administrateurs des entreprises financées par ce même FIER. De plus, l’adresse postale de six entreprises financées par ce FIER est la même que celle d’un des administrateurs du Fonds.

 « Après avoir révélé au compte-goutte les informations dans le dossier des FIER, nommé un nouveau ministre, créé un comité, déposé deux rapports et de nouvelles mesures, pourquoi existe-t-il encore, en mai 2010, des problèmes d’éthique et de gouvernance dans les FIER-Régions ? Le ministre Gignac n’a pas fait le ménage promis et, pire encore, il continue de fermer les yeux sur les irrégularités du programme FIER », a déclaré M. Bonnardel, s’étonnant du même souffle que les vérifications de base ne soient pas effectuées systématiquement par Investissement Québec avant d’autoriser le transfert de fonds publics dans les FIER.

En avril 2009, les partis d’opposition soulevaient pour la première fois des allégations de conflits d’intérêts dans le programme FIER. Depuis ce temps, le Vérificateur général a noté des irrégularités et a recommandé d’interdire aux personnes en conflit d’intérêts d’assister aux discussions sur un éventuel contrat. Le ministre de l’époque, Raymond Bachand, a proposé 12 recommandations qui visaient notamment la mise en place d’un mécanisme rigoureux de gestion des conflits d’intérêts. De plus, le ministre Gignac a annoncé de nouvelles mesures pour renforcer la transparence et la gouvernance du programme FIER et le Groupe-conseil dirigé par Louis Roquet, lui-même aux prises aujourd’hui avec des conflits d’intérêts à la Ville de Montréal.

 « Tout cela n’aura été que de la poudre aux yeux. C’est pourtant simple. Le gouvernement doit immédiatement interdire à tout administrateur ou actionnaire d’un FIER possédant un intérêt dans un projet d’investissement de participer au processus de décision », a conclu M. Bonnardel.

Publicités