Archive for the ‘Ottawa’ Category

Réveil au lendemain du 2 mai, suite et à suivre

8 mai 2011

Depuis l’élection du 2 mai, je me fais plaisir, le but de mon blogue est comme je le dis souvent d’accepter de remettre en question les choses que nous tenons pour acquises. Les dogmes de notre société seraient-ils moins immuables que nous le pensions? Dans les dernières années, disons depuis le lendemain de 1995, les Québécois ont, à mes yeux, toujours démontré qu’ils cherchaient la solution dans les recettes faciles. Voici donc ma réflexion bien personnelle de ce qui s’est passé le 2 mai, et surtout de ce que j’espère voir pour notre avenir.

Les valeurs québécoises 

Le Bloc Québécois a toujours voulu se présenter comme étant le seul défenseur des valeurs Québécoises. STOP… que veut dire « Valeurs Québécoises » certes j’ai mon opinion, mais on doit accepter de se remettre en question. Au moment où j’écris ces lignes, nous sommes le samedi, 7mai. J’en envie de poser la question à mes amis des réseaux sociaux. Je continuerai mon article à la lumière de vos réponses, et non uniquement basé sur ce que moi je pense!

Voici donc certaines réponses reçues :

Des liens qui me sont proposés :

http://lesanalystes.wordpress.com/2011/04/25/v-pour-valeurs/

http://www.scribd.com/doc/33332/Que-sont-devenues-les-36-cordes-sensibles-des-quebecois

http://www2.infopresse.com/blogs/actualites/archive/2006/11/09/article-19674.aspx

http://www.immigrer.com/faq/sujet/Les-nouvelles-cordes-sensibles-des-Quebecois.html

http://juliesthilaire.wordpress.com/2011/05/07/au-nom-de-la-gauche/

Des réponses proposées

« un terme galvaudé par les groupes de pression et les syndicats qui veulent des privilèges pour leurs groupes respectifs, au détriment de la majorité silencieuse trop occupée a travaillé. »
« Nos plus grandes valeurs sont des valeurs régionales… à part ça… on se laisse influencer par bien des choses… »
« Partage équitable de la richesse
« Ça veut rien dire! C’est contradictoire. Chaque individu a ses propres valeurs »
« Je vois la société du Québec comme une société en train de s’effondrer, dans tous les sens du mot… Conclusion : votons pour un pays libre, sans la béquille du Canada » 

Les ironiques et humoristiques méritant mentions :

« Désolé, je ne connais que LA valeur québécoise; 235 milliards de dettes!!! »
« L’expression est morte avec le chef qui l’a véhiculé…… :))) enfin……. »
« Faculté à dépendre sans gêne aucune de l’état et même d’en être fier. »
« Obtenir des faveurs par l’argent des autres et oser appeler cela… la justice sociale »
« Tant mieux si quelqu’un d’autre paye, le mariage est un piège, le militaire ne sert à rien »
« Ça veut dire valeurs de quelques Québécois seulement (gauche). Les vraies valeurs sont les valeurs individuelles. »

Un beau défi

À la lumière des réponses reçues, il est difficile de faire un consensus. Je réalise que j’ai aussi beaucoup d’amis plus à droite qu’à gauche dans ceux qui ont répondu! Ce qui me dépasse c’est que contrairement à Jacques Bouchard (voir les liens ci-haut), les gens qui m’ont répondu semblent pour la grande majorité incapable de décrire les « Valeurs Québecoises » Peut-être sommes-nous rendus à cette étape, le Québec vivrait-il son adolescence en cherchant un sens à sa vie qui viendra?

Au fil des années, les électeurs du Québec ont souvent trouver réconfort dans le vote des contraires entre les représentants de Québec et d’Ottawa. Des fédéralistes d’un côté, des souverainistes de l’autre. Cette fois, ce qui n’est pas clair c’est le choix du NPD. C’est la gauche ou le fédéralisme, ou juste le « on veut que ça change, virons de bord! »

J’accepte d’emblée le résultat de l’élection du 2 mai, parce qu’il est celui que nous avons choisi démocratiquement. Or, je vois dans ce vote le reflet de notre incapacité à déterminer nos valeurs propres. Peut-être que l’individualisme prend le dessus sur la collectivité, mais alors pour quoi avoir voté un parti socialiste? Et si dans le fond, on n’avait pas voté NPD mais bien contre les autres?

À la veille du référendum de 1980, Jacques Bouchard avait publié « Les 36 cordes sensibles des Québecois » quand je découvre les 36 cordes en question, un seul qualificatif me vient en tête « Terroir » ce n’est pas péjoratif, c’est plutôt que ce certains politiciens ont un jour qualifié maladroitement de « Québec profond ». La réalité a tellement changé en un quart de siècle, qu’il a même publié un second livre en 2006 pour rafraichir le discours!

Où en sommes-nous?

 

Je crois qu’il est là le paradoxe. Nous l’ignorons, en nous étant emmurés dans un débat qui dure depuis les années 70 sur la souveraineté, nous en sommes venus à oublier où nous voulions aller. Nous avons fait du moyen d’action, le résultat souhaité. La souveraineté n’aurait pourtant été qu’une étape pour accéder au Québec que nous voulons. 

Le retour de plus en plus présent des axes de réflexion gauche-droite permettra, je pense, à notre nation de s’orienter, de se donner des directions, et surtout de se prendre en main.

Pendant un souper familial, hier soir, j’ai posé la question que je vous avais demandée, c’est quoi les « Valeurs Québécoises » et une de mes belles-sœurs ne me répondant pas vraiment à la question m’a dit que les prochaines années mèneraient à la mise en place de nouveau parti politique qui nous proposerait surement ce qui nous représentera le mieux.

Je crois comme elle qu’il y aura des alternatives qui vont se préciser dans les prochaines années. Je pense par contre que ces alternatives trouveront de la valeur si elles viennent du peuple qui prétend ne plus s’identifier aux politiciens actuels. Si on dit qu’il ne faut pas parler de politique et de religion au souper avec les amis et nos familles, je crois au contraire qu’il serait temps qu’on se parle, et qu’on décide ensemble où on veut aller, et qu’on puisse retrouver nos valeurs. Au contraire de Bernard Drainville, je crois que ce sont des vrais Québécois qui ont voté, même si ce n’était pas pour le BLOC!

Pour ce qui est de nos « Valeurs Québécoises », je dois avouer que j’ai été surpris de ne pas lire que pour vous c’était notre culture, notre langue, la justice sociale, l’équité entre les générations… Bref, l’absence de ses réponses me fait dire qu’on se cherche encore. Voilà qui résume ce texte!

Une chose est claire, au lendemain du 2 mai, il y aura une suite à l’histoire de notre pays, de notre nation, mais ce n’est pas la fin… c’est donc à suivre…

Publicités

NON AU NPD DANS MON COMTÉ

1 mai 2011

L’exercice démocratique qu’est une élection est un droit que chaque adulte possède dans notre pays. Il comporte aussi l’obligations, de réfléchir avant de poser un geste et aux conséquences que cela pourraient avoir.

Demain, dans notre comté nous déciderons si nous renouvelons le mandat de Louis Plamondon ou si nous décidons de donner notre confiance à quelqu’un d’autre. En ce qui me concerne, j’ai tenté de demeurer objectif tout au long de la campagne. Dès les premiers jours j’éliminais le Bloc de ma réflexion, à quoi bon préparer la souveraineté à Ottawa si je ne veux pas appuyer le PQ au Québec! Restait donc à écouter et à m’informer sur les autres partis.

Comme plusieurs d’entre vous, j’ai été à un certain moment séduit par le chant des sirènes de Jack Layton. Enfin, une offre sur mes valeurs à l’intérieur du Canada. Malheureusement, à regarder de plus proche, à 24h de l’élection, je suis incapable de voter pour le NPD.

1-     Je ne peux me résoudre à confier le destin de mon comté à quelqu’un qui ne parlerait pas ma langue;
2-     Je ne peux me résoudre à payer plus de 100,000 $ par année à quelqu’un qui n’a même pas fait campagne;
3-     Je ne peux voter pour quelqu’un qui n’est un nom sur le bulletin de vote *
4-     J’ai regretté la candidature de M. Nourredine Seddiki qui était le représentant du NPD en 2008, qui lui avait fait une campagne.;
5-     Pourquoi voter pour quelqu’un qui ne vient pas me solliciter!

Je refuse de voter Bloc parce que je pense que l’éternelle opposition n’est pas ce que mon comté à besoin, alors si en plus je vote pour quelqu’un qui pourrait être absente tant du pouvoir que de l’opposition, je perds mon temps

Il me reste donc à faire le choix entre les libéraux, les verts ou les conservateurs. Je ne vous dirai pas lequel sera mon choix, mais je vous invite à choisir entre ces 3 candidats, ils ont offert une bonne campagne, ils avaient des moyens plus limités budgétairement, mais ont donné leurs valeurs et défendus au mieux leurs programmes. Ils vous ont respecté en prenant le temps de vous écouter et de vous parler.

Avant de voter, prenez le temps de vous informer, pesez les conséquences du geste que vous poserez. Demandez-vous de quoi a besoin votre comté.

 

Rhéal Blais
http://www.liberal.ca/fr/candidates/rheal-blais/

Charles Cartier
http://www.conservateur.ca/L%27%C3%89QUIPE/nos_candidat/?linkTo=true&districtId=1403

Anne-Marie Tanguay
http://greenparty.ca/fr/campaign/24054

*Journal La Voix 29 avril 2011

La « Muguettisation » de notre société.

21 avril 2011

Ref : http://bit.ly/hTgaox

Qui n’a pas entendu parler de Muguette Paillé, suite au dernier débat des chefs en français? Ce débat était faible de contenu ou d’annonce intéressante pour l’ensemble des francophones du Canada, résultat, nous avons retenu le passage de cette citoyenne qui demandait ce que nos chefs feraient pour lui trouver un emploi à elle et aux gens de plus de cinquante ans.

Premièrement, le soir même du débat, j’ai eu un malaise lors de son intervention, et ce, pour plusieurs raisons, sa question incomplète ne parlait pas de la formation des gens qui ont de la difficulté à trouver un emploi. Elle demandait aussi aux différents partis ce qu’ils feraient pour lui trouver un travail, mais immédiatement je me suis demandé, s’il était du rôle du gouvernement, de prendre l’argent de nos impôts collectifs et de nos taxes pour offrir un boulot à madame Paillé.

Le gouvernement a pour but de créer un climat, un contexte favorable au développement des entreprises qui permettront à des employeurs de vouloir utiliser l’expérience des gens de 50 ans et plus. Le gouvernement doit par son pouvoir de taxation permettre à des citoyens de se prendre en main afin de trouver ou même de créer leur emploi. Personne n’a dit que ce serait facile, personne n’a dit que ça viendrait seul, et personne n’a dit que le travail viendrait frapper à la porte, il faut par moment décider aussi de faire des compromis.

Quoi qu’il en soit, c’est surtout à la lecture de son texte dans les « Journal de Québec et de Montréal », car elle a maintenant sa tribune dans ces quotidiens de Québecor.  Je n’ai pu m’empêcher de réagir quand j’ai vu les critères essentiels pour trouver son emploi.

« Chose certaine, je veux travailler près de chez moi, dans le comté de Maskinongé. Pas à Trois- Rivières, à 45 minutes en voiture »

Quelqu’un pourrait rappeler à nos « Muguettes » qu’il faut aussi par moment faire des efforts pour travailler, moi quand je pense à mon père, il a travaillé toute sa vie à 30 minutes de la maison où il devait voyager beau temps mauvais temps, je pense à mon frère qui doit conduire 50 minutes pour se rendre à son travail. Et je pense aux milliers de travailleurs qui passent des heures interminables dans leurs voitures et dans les transports en commun pour aller travailler dans la région montréalaise.

Aujourd’hui, je gagne un salaire raisonnable parce que j’ai accepté de relever le défi de travailler dans un milieu à commission, certaines fins de mois n’étaient pas facile, mais j’ai fait des choix et ce n’est pas le gouvernement qui m’a donné une job, j’ai retroussé mes manches, mais je vois mal un gouvernement dire aux travailleurs dans la circulation de Montréal, que sa première heure de travail lundi sera pour permettre à une « Muguette » de travailler proche de chez elle! Est-ce vraiment ce que nous voulons de nos gouvernements! Rappelons-nous le « ne demandez pas ce que votre pays peut faire pour vous, mais bien ce que vous pouvez faire pour votre pays! »

J’arrête ici je dois aller travailler mon 12 h encore aujourd’hui!

Réflexions de campagne

2 avril 2011

Je sais que j’avais annoncé dernièrement que j’orienterais dorénavant ce blogue sur les enjeux municipaux. Mais je ne peux m’empêcher de parler de la campagne fédérale. Il faut admettre que les enjeux de la prochaine élection pourraient avoir des impacts majeurs sur les retombées que pourrait recevoir notre région.

En ce que me concerne, je me positionne présentement contre le BLOC, j’admets d’entrée de jeu que Louis Plamondon, député de ma circonscription est probablement un des hommes les plus dévoués siégeant à la chambre des communes. Le problème, à mes yeux c’est l’orientation de son parti. Les contradictions, et l’esprit négatif de conflit perpétuel que le BLOC présente. Voici quelques réflexions après une semaine de campagne, des questions que je souhaite soulever, pour lesquelles je vous invite aussi à commenter.

TOUT ÇA EN UNE SEMAINE!

Coalition

Dès le lancement de la campagne électorale, nous avons entendu un débat autour de la question de coalition de 2004. À mes yeux il y a clairement un homme qui déforme la réalité, ou c’est Harper, ou c’est Duceppe au regard de ce vidéo, selon vous en 2004 y-avait-il une coalition?

Bien entendu, il y a aussi la lettre que les hommes avaient signée, cette lettre demandant à la gouverneure générale de regarder toutes les options possibles avant de dissoudre le Parlement. Une des options possibles aurait été que M. Harper devienne chef d’une coalition Pourtant, Gilles Duceppe, lui nous confirme clairement qu’il n’est pas question de coalition. Deux questions doivent être posées, qu’elles étaient les autres options, et est-ce que Gilles Duceppe aurait ou pas accepté qu’une coalition devienne réalité? 

Promesses:

Qui dit campagne électorale dit promesses, qui dit promesses dit scepticisme. Que pensez-vous de celle entendue en cette première semaine? Moi j’ai été marqué plus particulièrement par certaines, mais peut-être est-ce différent pour vous?

Fractionnement du revenus pour les familles gagnants moins de 50,000$ et ayant un enfant de moins de 18 ans, et ce à partir du moment où il y aura un retour à l’équilibre budgétaire.

a)      Lors du retour à l’équilibre budgétaire…Ouff, d’ici là Hydro aura augmenté les frais annuels, le Québec en sera à 200$ pour ma cotisation santé, l’essence sera rendue à combien? Bref, moi je trouvais que ça sentait l’intention louable, mais rien de concret pour bien des gens de la classe moyenne.

b)      Il serait intéressant de voir aussi qui cette mesure pourrait rejoindre? Les jeunes familles, une mesure sociale plus à gauche, des gens qui seront rendus à ce moment juste au bord de ne même pas représenter la classe moyenne, une clientèle qui n’est pas au premier coup d’œil celle du PC, mais qui ouvre justement la porte à les séduire.

Un milliard pour les étudiants qui recevront 1000 $ à 1500 $ selon le niveau de scolarité où ils étudieront, mesure très bien reçue par les étudiants.

a) Il faut le comprendre, le problème c’est que d’ici quelques années ce montant servira seulement à éponger la hausse des frais de scolarité que nous avons ici au Québec, il me semble qu’on pige à droite pour donner à gauche, je sais ce n’est pas le même gouvernement, mais c’est la même poche qui paye!

b) Ce milliard serait pris en annulant les baisses d’impôt des grosses corporations, et l’achat de nos avions militaires. En annulant la commande des avions, combien de retombées le Québec perdra sachant que nous sommes des leaders en aéronautique, combien d’emploi pourrait être perdu par le taux d’imposition aux compagnies, qui ne perdront pas d’argent pour payer de l’impôt au contraire, ils vont assurer la stabilité de leurs revenus et plaire à leurs actionnaires

Le Québec est une des provinces le plus à gauche du pays, pourtant le NPD fait de très faibles gains chez nous. La promesse que je retiens cette semaine c’est la baisse des taux d’intérêt sur les cartes de crédit et surtout le plafonnement des taux. J’aime Jack Layton, je trouve qu’il est proche des électeurs, il mène en plus une dure lutte contre la maladie en étant quant même sur la ligne de feu.

a) Pensez-vous qu’une banque qui va voir les taux d’intérêt plafonnés sur nos cartes de crédit ne nous fera pas payer de frais ailleurs pour se reprendre?

b) Le véritable problème de l’endettement est-il le taux d’intérêt chargé ou l’accès au crédit?

 

Bon j’imagine que c’est ici que j’aurai le plus de réactions, je n’analyse pas les engagements du BLOC car de toute façon, les députés bloquistes peuvent promettre ce qu’ils veulent, ils ne seront jamais en mesure de prendre le pouvoir pour les mettre en application. Voilà par contre quelques questions que je me permets de soulever sur la pertinence du Bloc à Ottawa.

a) Selon Gilles Duceppe un gouvernement Conservateur est un danger pour le Québec il faut lui barrer le chemin et s’assurer qu’il demeurera minoritaire. À moins que ma mémoire fasse défaut, c’est exactement ce que nous avions avant l’élection, il me semble que les 300 millions de cette campagne auraient donc pu être mieux utilisés que de faire voter des électeurs pour arriver aux mêmes résultats. Je citerai ici le blogue de Christian Rioux : “Le propre du fou est de répéter les mêmes actions en espérant qu’elles produiront des résultats différents. » http://www.crioux.ca/wordpress/?p=129

b) Selon Louis Plamondon, député détenant la plus longue expérience de parlementaire à la Chambre des communes : **« Faudra leur rappeler le rapatriement de la Constitution sans le Québec de 1982, l’entente de Charlottetown en 1988, le scandale des commandites, le transfert de la formation professionnelle, les jeunes contrevenants, les valeurs mobilières vers Toronto. Si c’est ça être au pouvoir, moi j’en veux pas! », mais justement depuis 1984 M. Plamondon nous représente, et visiblement malgré le BLOC qui parle bien fort, rien ne change, le slogan du BLOC est tellement bien représenté dans ça.. PARLONS QC, je préfère un élu qui pourrait dire AGISSONS QC! 

c) Si comme le dit la plate-forme du Bloc « Au Québec le seul parti capable de barrer la route aux Conservateurs, c’est le BLOC Québecois » IL est clair qu’il est le seul parti incapable de le remplacer. Si nous ne voulons pas des Conservateurs, il faut se lever debout et choisir un parti qui pourra les remplacer, pas nous isoler des autres. 

d) Certains députés du BLOC diront à qui veut l’entendre « Nommez-moi un projet que nous n’avons pas eu dans notre comté parce que nous étions au BLOC » et j’aimerais tellement entendre quelques choses de plus constructif comme présentez-moi des projets qui se sont réalisés parce que nous étions dans l’opposition et qu’aucun autre parti n’aurait pu nous offrir!

Oui je sais, vous pourrez m’accuser d’être un fédéraliste à la lecture de mon texte, or, je vous répondrai quand vous voudrez me parler de souveraineté on parlera du PQ et de Québec Solidaire, pour le moment on parle des enjeux de notre pays, et pour le moment ce pays c’est le Canada.

Source:

**http://www.soreltracy.com/2011/mars/31m4.html