Archive for the ‘Nouvelles’ Category

Réflexion médiatique

10 décembre 2016

Alors que je ne trouvais pas le sommeil la nuit dernière je me suis adonné à écouter la tribune téléphonique du 98,5FM. Après avoir entendu quelques intervenants parler de Bernard « Rambo » Gauthier, je me suis plutôt levé, et j’ai décidé de me questionner un peu sur l’importance que nous accordions aux prestations de M. Gauthier!

Nous avons tous un droit de parole

J’ai toujours cru que la force de notre société venait du fait que tous avait le droit de parler, chacun avait droit d’avoir son opinion. Mais est-ce qu’une personne qui parle fort, intimide des gens, sacre plus souvent qu’un schtroumpf peut schtroumpfer pour dire ce qu’il veut doit automatiquement se retrouver à la une des médias ?

Au fond des citoyens qui veulent dénoncer l’incapacité chronique des gouvernements à faire progresser le Québec sont légion. Plusieurs dénoncent le PLQ quand il est au pouvoir, plusieurs dénoncent le PQ quand c’est son tour, mais qui sont ceux qui offrent des solutions ?

C’est beau dénoncer et dire qu’on est tannés, mais encore faudrait-il expliquer ce qu’on voudrait changer! On a beau mettre le visage de Viola Desmond sur les billets de 10$, la valeur ne changera pas pour autant.

Choix médiatique

Les gens ont parlé de « Rambo » parce que les médias en ont parlé!, Il est là mon questionnement aujourd’hui. Comment se fait-il qu’on donne tant de place médiatique à cet individu et sa venue en politique alors qu’il n’offre rien, il est encore à l’étape de dénoncer.

Si je m’appelais Sol Zanetti ce matin, je me questionnerais sur l’espace médiatique qu’on me donne! Quand je vois que les médias ignoraient la position du PCQ dans la partielle de Arthabaska tout en identifiant Québec solidaire comme 4e position ce qui était faux, j’ai un malaise.

Le choix des médias est-il biaisé ? Pourquoi fausser la réalité?

Je pourrais expliquer le choix de ne pas parler de Alex Tyrell par le fait que la performance de sont parti est en constant recul alors que l’environnement est au cœur de l’actualité, mais quand le PVQ a-t-il eu droit à la visibilité de M. Gauthier ?

Un rôle à revoir ?

À mes yeux, le média devrait rapporter avec objectivité ce que l’actualité offre, mais la négation de la performance du PCQ dans Arthabaska, l’absence quasi-totale des tiers partis dans la sphère médiatique alors qu’une grande place est laissée à Rambo me rend très inconfortable.

Dans la joute politique, à la lecture de nos médias, la population devrait être en mesure de s’informer, passer au dessus des faiseurs d’image. Or quand Rambo qui crie fort, est plus connu Pouliot – Tyrell  – Zanetti réunis qui proposent, je me questionne sur l’information que nous recevons! Les médias jouent-ils bien leur rôle ?

Publicités

Où sont nos médecins, si le PCQ avait les bonnes solutions ?

15 mars 2014

La santé est un enjeu très important dans notre comté. Sachant que la moyenne d’âge de nos citoyens est en moyenne 7 ans supérieur à l’ensemble du Québec 1 et qu’en 2031, notre MRC sera la plus âgé de la Montérégie. Il est évident que nous pouvons faire l’équation population qui vieillit nécessite plus de soin de santé!

Vous souvenez-vous de nos 10 nouveaux médecins pour les gens de la région de Sorel-Tracy? Une annonce faite le 13 juin dernier, surtout une annonce dont Élaine Zakaib s’accaparait le mérite alors que plusieurs savent que le mérite devrait aller aux intervenants du milieu. Honnêtement, j’étais comme plusieurs emballé de cette nouvelle, alors que des milliers de personnes n’ont pas de médecin de famille dans notre région.

medecin-1

Or selon le Sorel-Tracy express2, environ 1600 personnes ont eu accès à un médecin de famille. Il y a environ 5000 personnes sur la liste d’attentes pour obtenir un médecin de famille. Nous parlons ici d’un guichet d’accès où les citoyens en recherche d’un médecin doivent s’inscrire. Il serait cependant permis de croire que beaucoup plus de personne dans la région n’ont pas accès à un médecin de famille puisque seulement 45 % des citoyens en avaient un avant la mise en place dudit guichet3.

Depuis 15 ans nous avons triplé le budget alloué à la santé, nous en sommes à plus de 30milliard par année. La capacité de payer de plusieurs citoyens du Québec est atteinte, mais comment améliorer la situation, que pourrions nous faire pour améliorer notre situation sans pour autant faire payer l’ensemble des citoyens ?

Le PCQ propose plusieurs idées dont:

Le décloisonnement

Il sera possible pour les médecins de travailler dans le privé sans qu’ils soient obligés de se désaffilier de la RAMQ et du régime public. Ce décloisonnement se réalisera selon certaines conditions pour assurer que le système public ne soit pas dépouillé de ses ressources actuelles.

Contrairement à l’opinion reçue, il y a des ressources disponibles inutilisées qui peuvent desservir le volet privé sans affecter le volet public. Par exemple, on estimait en 2008 que plus de la moitié (51%) des médecins spécialistes étaient prêts à travailler 4 heures par semaine dans le secteur privé; cela, tout en souhaitant que le gouvernement impose un minimum de 35 heures de travail dans le secteur public avant d’offrir des heures dans le secteur privé.

Ainsi, un médecin qui offrira ses services au privé, sera d’abord obligé de faire un minimum au public. Présentement la régie refuse qu’un médecin puisse pratiquer dans les deux systèmes, ce qui offre au plus riche accès à plus de médecins que les autres !

Pour voir les autres solutions santé proposées par le PCQ http://particonservateurquebec.org/sante/

Il y a plusieurs autres mesures dans le programme du PCQ, mais pour réussir à changer les choses dans notre système de santé, il faudra d’abord accepter de remettre en question avec lucidité notre système défaillant. Un jour ou l’autre nous devrons accepter de faire des concessions, voulons attendre de ne pas avoir de choix !

Le 7 avril prochain, on peut continuer à faire encore un peu de ce qui ne fonctionne plus, ou on peut regarder les alternatives qui s’offrent à nous avec objectivité.

Moi je choisi de faire changement !

Source

1-http://www.sorel-tracyexpress.ca/Communaute/2013-03-07/article-3194944/La-MRC-preoccupee-par-le-vieillissement-de-sa-population/1

2-http://www.sorel-tracyexpress.ca/Actualites/2013-11-19/article-3486725/5000-patients-en-attente-dun-medecin-de-famille/1

3-http://www.sorel-tracyexpress.ca/Actualites/2013-11-20/article-3486744/Quen-est-il-des-patients-qui-attendent%3F/1

 

Est-ce de la propagande de gauche selon vous ?

28 mai 2012

Dans les derniers jours, j’ai moins écrit, je suis resté plus tranquille, je n’avais même pas mis en ligne mes dernières chroniques concernant les casseroles, la loi 78, la réforme du chômage, etc.

Ce soir, de retour d’un spectacle, je décide de regarder un peu ce qui se disait sur facebook. Un ami publiait un tableau avec la mention « Les chiffres parlent d’eux-mêmes »

Bien que j’aie des opinions, je tente toujours d’observer la situation politique avec le plus d’objectivité possible, mais ce tableau puait tellement la mauvaise foi que je n’ai pu m’empêcher d’écrire ce texte. J’espère que les gens de la droite vont dénoncer ce genre de supposées données sur la situation fiscale des particuliers en rapport aux entreprises. J’espère surtout que des gens de gauche seront un peu clairvoyants pour ne pas se laisser berner.

Le tableau veut comparer les données de 1963 et celle de 2011, laissant ainsi croire que les méchantes entreprises ont réduit leurs contributions pendant qu’on saignait les pauvres citoyens de la classe moyenne. On ne peut pas réécrire l’histoire, mais j’aimerais bien qu’on se rappelle que ce n’est pas les entreprises qui bénéficient des larges programmes sociaux dont nous nous sommes dotés, et qu’à eux seuls ils viennent déjà changer la charge fiscale que nous nous devons d’assumer.

Assurance Maladie
Assurance médicament
Aide juridique
Aide sociale
Programme de garderie subventionnée
Ministère de l’Éducation
Régime québécois d’assurance parentale
… 

On pourrait continuer ainsi très longtemps, mais je pense que le concept est clair, nous avons décidé de nous offrir des beaux programmes sociaux au fil des années, aujourd’hui certains vont dire que c’est pas juste on paye trop par rapport aux entreprises? Ne soyons pas naïf, ce que nous avons voulu comme société nous devons aussi l’assumer, ce n’est pas aux entreprises de le payer pour nous. C’est bien beau la propagande, mais si vous voulez comparer 1963 et 2011, restez donc un peu crédible dans votre calcul s.v.p. et donnez un peu d’information afin que les lecteurs comprennent de quoi il en retourne.

Et que voulez faire ?

21 mai 2012

« La loi au Québec ne doit pas toujours être respectée surtout si elle est immorale » c’est en bref ce que certains peuvent penser.

Les lois qui existaient avant l’adoption de la loi 78 auraient pu permettre de mettre fin à la situation de violence. Mais le gouvernement par l’entremise des directions de collège n’a jamais réussi à faire appliquer les décisions des tribunaux.

Plus de lois ne donnent pas nécessairement plus de justice, mais que faire lorsque la justice n’est plus respectée? Devons-nous avoir une justice plus clémente pour laisser le peuple s’exprimer ou une justice plus stricte qui protège la majorité des citoyens pris en otage par des groupuscules qui se servent du mouvement étudiant pour agir violemment et sans respect de l’autorité.

Il ne faut pas se tromper, ce n’est pas seulement un mouvement étudiant que nous avons devant nous, mais bien un message confus contre tout ce qui vous tente.

Que devrions-nous faire pour régler la situation ?

Si on ne sait pas compter, il faut aller à l’école!!

7 mai 2012

Ce texte a été préparé avant la rencontre qui aurait donné lieu à une entente vendredi et samedi

Qui peut payer?

Voilà surement la question que les membres de la CLASSE ont due se poser avant de préparer la liste des solutions qu’ils ont proposées au gouvernement. On pourrait s’attarder sur les montants présentés, on parle là à coup de centaines de millions à gauche et à droite. Sauf, provenant de la poche des étudiants qui eux dans le cas de la CLASSE visent la gratuité d’ici cinq ans. 

http://www.radio-canada.ca/nouvelles/societe/2012/05/03/002-classe-gratuite-taxe.shtml

Ce n’est pas tant l’argumentaire sur les montants qui retient mon attention, mais bien cette naïveté à croire qu’on peut piger dans la poche des autres sans que les autres ne s’y opposent.  

Transférer de 142 à 284 millions de dollars en fonds de recherche vers l’enseignement

La recherche c’est ce qui stimule nos plus grands cerveaux, cette soif de dépassement de découverte qui positionne une nation comme chef du développement dans la maximisation du développement durable de nos ressources, des nouvelles technologies, meilleur maîtrise des éléments nous entourant et même de nouvelles formes d’énergie.

N’est-ce pas justement cette soif de dépassement et de savoir qui a fait évoluer l’homme depuis des siècles? Donc, les étudiants croient pouvoir réduire le financement de ces recherches sans que personne ne s’y oppose? Ils voient donc leur cause visant la gratuité plus importante que celle de la recherche et du développement. Au moment où des villes visent à taxer l’eau, eux veulent la gratuité de l’université, où va la priorité? Quel égoïsme!

Geler l’embauche de cadres supérieurs et de recteurs, geler leur salaire et abolir les bonis qui leur sont versés

Depuis que je suis sur le marché du travail, j’ai toujours visé à améliorer mon sort, obtenir plus de vacances, des augmentations salariales, plus de participation aux décisions et orientation de l’entreprise où je travaille. Là, les étudiants demandent à ceux qui justement poussent par en avant de ne plus le faire, enfin de ne plus chercher à stimuler leurs efforts par des bonis ou des promotions. Des personnes décident d’étudier plus longtemps pour améliorer leur qualité de vie, et ce sont justement à ceux qui se sont dépassés que les étudiants veulent s’attaquer. 

Taxer les banques pour financer la gratuité scolaire

Selon les calculs de la Coalition, le taux de 0,7 % que la taxe atteindrait en 2016 permettrait à Québec d’engranger 410 millions de dollars, ce qui constitue le coût de la gratuité scolaire, selon une étude de l’Institut de recherche en économique contemporaine.

Je ne veux pas être naïf, ou être de mauvaise foi, mais si vous êtes les banquiers, et que du jour au lendemain, le gouvernement vous annonce que vous allez payer 410 millions, vous faites un chèque ou vous retournez la facture en frais de service afin de ne pas enlever d’argent dans vos poches? Il n’y a rien de magique, quand une banque charge des frais c’est l’ensemble des contribuables qui payent, rien ne se perd, rien ne se crée, au mieux tout se transforme! 

On peut appliquer la même analyse aux hausses du salaire minimum

Le 1er mai dernier, le salaire minimum a augmenté de 0.25 $/heure. C’est donc à dire que si une personne travaille au salaire minimum pendant 40 heures par semaine, elle vient de voir sont salaire brut augmenter de 10 $ par semaine!

Une fois les RQAP – RRQ –  Assurance maladie, Assurance emploi, impôt fédéral, impôt provincial ça devrait donner une grosse piastre par jour de plus dans les poches du travailleur. Jusque-là on pourrait dire qu’il n’y a rien de négatif à augmenter le salaire, mais j’aimerais simplement faire une réflexion avec vous. 

Imaginons que dans un commerce fastfood ouvert 24 il y a une moyenne de 5 employés 24 h sur 24, qui viennent de voir leurs salaires augmentés. Ne pensons pas aux charges fiscales qu’on ajoute aussi à l’employeur, mais juste au salaire :

 

24h/jour X 5employés = 120h/jour
120h/jour X 0.25$ = 30$/jour
30$/jour X 7jrs = 210$ par semaine
210$ X 52sems = 10920$/an. 

Moi, si je suis le propriétaire du fastfood, je n’ai pas le choix, je ne peux pas me permettre de perdre 11000 $/an, donc doucement je vais augmenter le prix de mes hamburgers et l’ensemble de mon menu, pas beaucoup, disons juste de 0.05 $ par unité. Bien entendu, une aussi faible augmentation permettra de ne pas perdre de clientèle, mais elle affectera directement l’ensemble des contribuables qui ne sont pas au salaire minimum, car eux viennent de voir le coût des produits qu’ils consommeront augmenter, mais pas leurs salaires. On vient de niveler par le bas, on vient de réduire l’écart entre les pauvres et la classe moyenne, mais on n’a pas enrichi personne.

Plus sournois encore, plutôt que d’augmenter les prix de mes produits, je pourrais aussi décider de couper dans les heures que je donne à mes employés. Pour couvrir une hausse de 11000 $ de ma charge salariale, je devrai donc réduire d’environ 1000 h annuellement le temps de travail que je donnerai, donc, environ 19 h/semaine de moins pour mes employés soit environ 30 minutes par jours de perdues pour chacun de mes 5 employés en moyenne.

Réveil au lendemain du 2 mai, suite et à suivre

8 mai 2011

Depuis l’élection du 2 mai, je me fais plaisir, le but de mon blogue est comme je le dis souvent d’accepter de remettre en question les choses que nous tenons pour acquises. Les dogmes de notre société seraient-ils moins immuables que nous le pensions? Dans les dernières années, disons depuis le lendemain de 1995, les Québécois ont, à mes yeux, toujours démontré qu’ils cherchaient la solution dans les recettes faciles. Voici donc ma réflexion bien personnelle de ce qui s’est passé le 2 mai, et surtout de ce que j’espère voir pour notre avenir.

Les valeurs québécoises 

Le Bloc Québécois a toujours voulu se présenter comme étant le seul défenseur des valeurs Québécoises. STOP… que veut dire « Valeurs Québécoises » certes j’ai mon opinion, mais on doit accepter de se remettre en question. Au moment où j’écris ces lignes, nous sommes le samedi, 7mai. J’en envie de poser la question à mes amis des réseaux sociaux. Je continuerai mon article à la lumière de vos réponses, et non uniquement basé sur ce que moi je pense!

Voici donc certaines réponses reçues :

Des liens qui me sont proposés :

http://lesanalystes.wordpress.com/2011/04/25/v-pour-valeurs/

http://www.scribd.com/doc/33332/Que-sont-devenues-les-36-cordes-sensibles-des-quebecois

http://www2.infopresse.com/blogs/actualites/archive/2006/11/09/article-19674.aspx

http://www.immigrer.com/faq/sujet/Les-nouvelles-cordes-sensibles-des-Quebecois.html

http://juliesthilaire.wordpress.com/2011/05/07/au-nom-de-la-gauche/

Des réponses proposées

« un terme galvaudé par les groupes de pression et les syndicats qui veulent des privilèges pour leurs groupes respectifs, au détriment de la majorité silencieuse trop occupée a travaillé. »
« Nos plus grandes valeurs sont des valeurs régionales… à part ça… on se laisse influencer par bien des choses… »
« Partage équitable de la richesse
« Ça veut rien dire! C’est contradictoire. Chaque individu a ses propres valeurs »
« Je vois la société du Québec comme une société en train de s’effondrer, dans tous les sens du mot… Conclusion : votons pour un pays libre, sans la béquille du Canada » 

Les ironiques et humoristiques méritant mentions :

« Désolé, je ne connais que LA valeur québécoise; 235 milliards de dettes!!! »
« L’expression est morte avec le chef qui l’a véhiculé…… :))) enfin……. »
« Faculté à dépendre sans gêne aucune de l’état et même d’en être fier. »
« Obtenir des faveurs par l’argent des autres et oser appeler cela… la justice sociale »
« Tant mieux si quelqu’un d’autre paye, le mariage est un piège, le militaire ne sert à rien »
« Ça veut dire valeurs de quelques Québécois seulement (gauche). Les vraies valeurs sont les valeurs individuelles. »

Un beau défi

À la lumière des réponses reçues, il est difficile de faire un consensus. Je réalise que j’ai aussi beaucoup d’amis plus à droite qu’à gauche dans ceux qui ont répondu! Ce qui me dépasse c’est que contrairement à Jacques Bouchard (voir les liens ci-haut), les gens qui m’ont répondu semblent pour la grande majorité incapable de décrire les « Valeurs Québecoises » Peut-être sommes-nous rendus à cette étape, le Québec vivrait-il son adolescence en cherchant un sens à sa vie qui viendra?

Au fil des années, les électeurs du Québec ont souvent trouver réconfort dans le vote des contraires entre les représentants de Québec et d’Ottawa. Des fédéralistes d’un côté, des souverainistes de l’autre. Cette fois, ce qui n’est pas clair c’est le choix du NPD. C’est la gauche ou le fédéralisme, ou juste le « on veut que ça change, virons de bord! »

J’accepte d’emblée le résultat de l’élection du 2 mai, parce qu’il est celui que nous avons choisi démocratiquement. Or, je vois dans ce vote le reflet de notre incapacité à déterminer nos valeurs propres. Peut-être que l’individualisme prend le dessus sur la collectivité, mais alors pour quoi avoir voté un parti socialiste? Et si dans le fond, on n’avait pas voté NPD mais bien contre les autres?

À la veille du référendum de 1980, Jacques Bouchard avait publié « Les 36 cordes sensibles des Québecois » quand je découvre les 36 cordes en question, un seul qualificatif me vient en tête « Terroir » ce n’est pas péjoratif, c’est plutôt que ce certains politiciens ont un jour qualifié maladroitement de « Québec profond ». La réalité a tellement changé en un quart de siècle, qu’il a même publié un second livre en 2006 pour rafraichir le discours!

Où en sommes-nous?

 

Je crois qu’il est là le paradoxe. Nous l’ignorons, en nous étant emmurés dans un débat qui dure depuis les années 70 sur la souveraineté, nous en sommes venus à oublier où nous voulions aller. Nous avons fait du moyen d’action, le résultat souhaité. La souveraineté n’aurait pourtant été qu’une étape pour accéder au Québec que nous voulons. 

Le retour de plus en plus présent des axes de réflexion gauche-droite permettra, je pense, à notre nation de s’orienter, de se donner des directions, et surtout de se prendre en main.

Pendant un souper familial, hier soir, j’ai posé la question que je vous avais demandée, c’est quoi les « Valeurs Québécoises » et une de mes belles-sœurs ne me répondant pas vraiment à la question m’a dit que les prochaines années mèneraient à la mise en place de nouveau parti politique qui nous proposerait surement ce qui nous représentera le mieux.

Je crois comme elle qu’il y aura des alternatives qui vont se préciser dans les prochaines années. Je pense par contre que ces alternatives trouveront de la valeur si elles viennent du peuple qui prétend ne plus s’identifier aux politiciens actuels. Si on dit qu’il ne faut pas parler de politique et de religion au souper avec les amis et nos familles, je crois au contraire qu’il serait temps qu’on se parle, et qu’on décide ensemble où on veut aller, et qu’on puisse retrouver nos valeurs. Au contraire de Bernard Drainville, je crois que ce sont des vrais Québécois qui ont voté, même si ce n’était pas pour le BLOC!

Pour ce qui est de nos « Valeurs Québécoises », je dois avouer que j’ai été surpris de ne pas lire que pour vous c’était notre culture, notre langue, la justice sociale, l’équité entre les générations… Bref, l’absence de ses réponses me fait dire qu’on se cherche encore. Voilà qui résume ce texte!

Une chose est claire, au lendemain du 2 mai, il y aura une suite à l’histoire de notre pays, de notre nation, mais ce n’est pas la fin… c’est donc à suivre…

Réflexions de campagne

2 avril 2011

Je sais que j’avais annoncé dernièrement que j’orienterais dorénavant ce blogue sur les enjeux municipaux. Mais je ne peux m’empêcher de parler de la campagne fédérale. Il faut admettre que les enjeux de la prochaine élection pourraient avoir des impacts majeurs sur les retombées que pourrait recevoir notre région.

En ce que me concerne, je me positionne présentement contre le BLOC, j’admets d’entrée de jeu que Louis Plamondon, député de ma circonscription est probablement un des hommes les plus dévoués siégeant à la chambre des communes. Le problème, à mes yeux c’est l’orientation de son parti. Les contradictions, et l’esprit négatif de conflit perpétuel que le BLOC présente. Voici quelques réflexions après une semaine de campagne, des questions que je souhaite soulever, pour lesquelles je vous invite aussi à commenter.

TOUT ÇA EN UNE SEMAINE!

Coalition

Dès le lancement de la campagne électorale, nous avons entendu un débat autour de la question de coalition de 2004. À mes yeux il y a clairement un homme qui déforme la réalité, ou c’est Harper, ou c’est Duceppe au regard de ce vidéo, selon vous en 2004 y-avait-il une coalition?

Bien entendu, il y a aussi la lettre que les hommes avaient signée, cette lettre demandant à la gouverneure générale de regarder toutes les options possibles avant de dissoudre le Parlement. Une des options possibles aurait été que M. Harper devienne chef d’une coalition Pourtant, Gilles Duceppe, lui nous confirme clairement qu’il n’est pas question de coalition. Deux questions doivent être posées, qu’elles étaient les autres options, et est-ce que Gilles Duceppe aurait ou pas accepté qu’une coalition devienne réalité? 

Promesses:

Qui dit campagne électorale dit promesses, qui dit promesses dit scepticisme. Que pensez-vous de celle entendue en cette première semaine? Moi j’ai été marqué plus particulièrement par certaines, mais peut-être est-ce différent pour vous?

Fractionnement du revenus pour les familles gagnants moins de 50,000$ et ayant un enfant de moins de 18 ans, et ce à partir du moment où il y aura un retour à l’équilibre budgétaire.

a)      Lors du retour à l’équilibre budgétaire…Ouff, d’ici là Hydro aura augmenté les frais annuels, le Québec en sera à 200$ pour ma cotisation santé, l’essence sera rendue à combien? Bref, moi je trouvais que ça sentait l’intention louable, mais rien de concret pour bien des gens de la classe moyenne.

b)      Il serait intéressant de voir aussi qui cette mesure pourrait rejoindre? Les jeunes familles, une mesure sociale plus à gauche, des gens qui seront rendus à ce moment juste au bord de ne même pas représenter la classe moyenne, une clientèle qui n’est pas au premier coup d’œil celle du PC, mais qui ouvre justement la porte à les séduire.

Un milliard pour les étudiants qui recevront 1000 $ à 1500 $ selon le niveau de scolarité où ils étudieront, mesure très bien reçue par les étudiants.

a) Il faut le comprendre, le problème c’est que d’ici quelques années ce montant servira seulement à éponger la hausse des frais de scolarité que nous avons ici au Québec, il me semble qu’on pige à droite pour donner à gauche, je sais ce n’est pas le même gouvernement, mais c’est la même poche qui paye!

b) Ce milliard serait pris en annulant les baisses d’impôt des grosses corporations, et l’achat de nos avions militaires. En annulant la commande des avions, combien de retombées le Québec perdra sachant que nous sommes des leaders en aéronautique, combien d’emploi pourrait être perdu par le taux d’imposition aux compagnies, qui ne perdront pas d’argent pour payer de l’impôt au contraire, ils vont assurer la stabilité de leurs revenus et plaire à leurs actionnaires

Le Québec est une des provinces le plus à gauche du pays, pourtant le NPD fait de très faibles gains chez nous. La promesse que je retiens cette semaine c’est la baisse des taux d’intérêt sur les cartes de crédit et surtout le plafonnement des taux. J’aime Jack Layton, je trouve qu’il est proche des électeurs, il mène en plus une dure lutte contre la maladie en étant quant même sur la ligne de feu.

a) Pensez-vous qu’une banque qui va voir les taux d’intérêt plafonnés sur nos cartes de crédit ne nous fera pas payer de frais ailleurs pour se reprendre?

b) Le véritable problème de l’endettement est-il le taux d’intérêt chargé ou l’accès au crédit?

 

Bon j’imagine que c’est ici que j’aurai le plus de réactions, je n’analyse pas les engagements du BLOC car de toute façon, les députés bloquistes peuvent promettre ce qu’ils veulent, ils ne seront jamais en mesure de prendre le pouvoir pour les mettre en application. Voilà par contre quelques questions que je me permets de soulever sur la pertinence du Bloc à Ottawa.

a) Selon Gilles Duceppe un gouvernement Conservateur est un danger pour le Québec il faut lui barrer le chemin et s’assurer qu’il demeurera minoritaire. À moins que ma mémoire fasse défaut, c’est exactement ce que nous avions avant l’élection, il me semble que les 300 millions de cette campagne auraient donc pu être mieux utilisés que de faire voter des électeurs pour arriver aux mêmes résultats. Je citerai ici le blogue de Christian Rioux : “Le propre du fou est de répéter les mêmes actions en espérant qu’elles produiront des résultats différents. » http://www.crioux.ca/wordpress/?p=129

b) Selon Louis Plamondon, député détenant la plus longue expérience de parlementaire à la Chambre des communes : **« Faudra leur rappeler le rapatriement de la Constitution sans le Québec de 1982, l’entente de Charlottetown en 1988, le scandale des commandites, le transfert de la formation professionnelle, les jeunes contrevenants, les valeurs mobilières vers Toronto. Si c’est ça être au pouvoir, moi j’en veux pas! », mais justement depuis 1984 M. Plamondon nous représente, et visiblement malgré le BLOC qui parle bien fort, rien ne change, le slogan du BLOC est tellement bien représenté dans ça.. PARLONS QC, je préfère un élu qui pourrait dire AGISSONS QC! 

c) Si comme le dit la plate-forme du Bloc « Au Québec le seul parti capable de barrer la route aux Conservateurs, c’est le BLOC Québecois » IL est clair qu’il est le seul parti incapable de le remplacer. Si nous ne voulons pas des Conservateurs, il faut se lever debout et choisir un parti qui pourra les remplacer, pas nous isoler des autres. 

d) Certains députés du BLOC diront à qui veut l’entendre « Nommez-moi un projet que nous n’avons pas eu dans notre comté parce que nous étions au BLOC » et j’aimerais tellement entendre quelques choses de plus constructif comme présentez-moi des projets qui se sont réalisés parce que nous étions dans l’opposition et qu’aucun autre parti n’aurait pu nous offrir!

Oui je sais, vous pourrez m’accuser d’être un fédéraliste à la lecture de mon texte, or, je vous répondrai quand vous voudrez me parler de souveraineté on parlera du PQ et de Québec Solidaire, pour le moment on parle des enjeux de notre pays, et pour le moment ce pays c’est le Canada.

Source:

**http://www.soreltracy.com/2011/mars/31m4.html

Nouvelles révélations de l’ADQ

19 mai 2010

« Le ministre Gignac n’a pas fait le ménage promis dans les FIER » – François Bonnardel

Le porte-parole de l’ADQ en matière de finances publiques, M. François Bonnardel, a dévoilé aujourd’hui que rien n’est réglé dans les problèmes d’éthique et de gouvernance du Fonds d’intervention économique régional (FIER). Au contraire, il a dévoilé qu’en 2010, deux des trois administrateurs du FIER Carrefour-Capital sont toujours gestionnaires ou administrateurs des entreprises financées par ce même FIER. De plus, l’adresse postale de six entreprises financées par ce FIER est la même que celle d’un des administrateurs du Fonds.

 « Après avoir révélé au compte-goutte les informations dans le dossier des FIER, nommé un nouveau ministre, créé un comité, déposé deux rapports et de nouvelles mesures, pourquoi existe-t-il encore, en mai 2010, des problèmes d’éthique et de gouvernance dans les FIER-Régions ? Le ministre Gignac n’a pas fait le ménage promis et, pire encore, il continue de fermer les yeux sur les irrégularités du programme FIER », a déclaré M. Bonnardel, s’étonnant du même souffle que les vérifications de base ne soient pas effectuées systématiquement par Investissement Québec avant d’autoriser le transfert de fonds publics dans les FIER.

En avril 2009, les partis d’opposition soulevaient pour la première fois des allégations de conflits d’intérêts dans le programme FIER. Depuis ce temps, le Vérificateur général a noté des irrégularités et a recommandé d’interdire aux personnes en conflit d’intérêts d’assister aux discussions sur un éventuel contrat. Le ministre de l’époque, Raymond Bachand, a proposé 12 recommandations qui visaient notamment la mise en place d’un mécanisme rigoureux de gestion des conflits d’intérêts. De plus, le ministre Gignac a annoncé de nouvelles mesures pour renforcer la transparence et la gouvernance du programme FIER et le Groupe-conseil dirigé par Louis Roquet, lui-même aux prises aujourd’hui avec des conflits d’intérêts à la Ville de Montréal.

 « Tout cela n’aura été que de la poudre aux yeux. C’est pourtant simple. Le gouvernement doit immédiatement interdire à tout administrateur ou actionnaire d’un FIER possédant un intérêt dans un projet d’investissement de participer au processus de décision », a conclu M. Bonnardel.

« Le Vérificateur général donne raison à l’ADQ » -Gérard Deltell

13 mai 2010

Rapport du Vérificateur général

Le chef de l’Action démocratique du Québec, M. Gérard Deltell, a accueilli très favorablement le rapport du Vérificateur général déposé ce matin à l’Assemblée nationale. « Tant pour la gestion des commissions scolaires que pour la capacité d’intégration des immigrants, le Vérificateur général donne raison à l’ADQ », a déclaré le député de Chauveau.

Le constat du Vérificateur général, Monsieur Renaud Lachance, à l’endroit des commissions scolaires, est sans équivoque : aucune analyse du Ministère de l’Éducation quant au nombre optimal des commissions scolaires, manque d’initiative pour la réduction de dépenses et les économies, communication quasi inexistante entre les différentes commissions scolaires, etc. « C’est le fouillis total! Le désaveu du Vérificateur général face aux commissions scolaires accrédite solidement la position de l’ADQ. Nous remettons en question depuis longtemps la pertinence et l’efficacité des commissions scolaires du Québec. Aujourd’hui, les constats du Vérificateur général sont les mêmes que les nôtres », affirme le chef adéquiste.

En matière d’intégration des immigrants, les constats du Vérificateur général reprennent largement ceux de l’ADQ depuis 2007. « Il est clair que ni le Québec, ni ses immigrants ne gagnent lorsque la société d’accueil intègre mal les nouveaux arrivants. Il est urgent que le gouvernement reconnaisse ses difficultés », a conclu M. Deltell.

Renvoi de Tony Tomassi: « Il faut une commission d’enquête sur le financement du Parti libéral du Québec » – Gérard Deltell

7 mai 2010

Croyant sincèrement que la troisième voie au Québec peut être l’ADQ, je vais tenter d’ajouter dorénavant les communiqués du parti.

Le chef de l’Action démocratique du Québec et député de Chauveau, M. Gérard Deltell, a formellement demandé ce soir la tenue d’une commission d’enquête exclusive sur le financement du Parti libéral du Québec. Réagissant au congédiement du ministre Tony Tomassi, le chef adéquiste a affirmé que « cela ne lève en rien l’apparence de collusion et l’influence des grands contributeurs du Parti libéral sur l’exercice du gouvernement ».

« Jean Charest a congédié son ministre le plus fragile sur les questions d’éthique pour une histoire qui remonte avant sa nomination au gouvernement. Le chef libéral poursuit son aveuglement volontaire, alors qu’il persiste à dire que l’octroi des places en garderies aux amis du parti est tout à fait légitime », a également déclaré M. Deltell.

Les faits troublants ne cessent de s’accumuler : le fractionnement des contrats dans la construction, l’augmentation spectaculaire des contrats sans appel d’offre, tous les scandales du milieu de la construction, les allégations de son ex-ministre de la Justice sur la nomination des juges, nomination du Secrétaire général du Québec par un financier libéral, refus d’adopter rapidement un code d’éthique pour les élus, l’octroi des places en garderies aux amis du parti, trois ministres qui affirment que les entreprises financent illégalement le Parti libéral, le député de Rivière-du-Loup qui contrevient à la loi sur le lobbying et celui d’Argenteuil qui fait affaire avec l’État pendant qu’il est ministre, etc. 

« Le Québec mérite mieux. Les Québécois en ont assez de voir leur premier ministre cautionner autant de problèmes d’éthique », a conclu le chef de l’ADQ.