Hymne au dérapage

by

Le samedi 18 février, après une très courte réflexion, le constat était évident, ce qui avait retenu l’attention cette semaine dans l’actualité c’était cette histoire de censure ou non-censure du mot Dieu dans la chanson  » L’hymne à l’amour  » d’Edith Piaf.

J’imagine que c’est l’absence de sujet intéressant qui a mené à ce dérapage impressionnant concernant cette histoire. Au fond, je n’ai pas envie de porter ma réflexion sur ce que le prof de l’école St-Garbiel Lalemand de Sorel-Tracy aurait fait ou pas, mais plutôt sur ce qui aurait provoqué cette tempête.

Nous avons comme société décidée de retirer la religion des écoles, fini le cours de catéchèse qui a fait de nous des êtres d’une autre époque, la cour suprême à déterminé que dorénavant pour nous c’est le cours d’éthique et de culture religieuse qui serait la ligne directrice de la prochaine génération. Or en imposant ce cours à tous, on va à l’encontre du libre choix que nous offrions avant avec le choix entre le cours catéchèse et le cours de morale. Ce combat pour éliminer la présence de Dieu et de la religion de nos écoles se fait au détriment de la liberté de choix des parents.

Le fond du problème à mes yeux il est là, on a voulu chasser toute image de la religion de la vie de nos enfants, parce que nous avons décidé de prendre juste ce qui nous plaisait de la religion. Cette semaine, avez-vous entendu quelqu’un remettre en question le congé du Vendredi saint ou du long week-end de Paques? Par contre, on a assez perturbé l’enseignement imposé à nos enfants pour faire qu’un prof s’est senti mal à l’aise d’aborder le sujet, ne sentant pas que c’était véritablement son mandat. On ne parle plus de Dieu à l’école alors, comment expliquer aux enfants la signification de « Dieu réunit ceux qui s’aiment ». Bien loin de moi l’idée de juger le prof ici, mais je suis incapable d’expliquer ce qui précède dans la chanson « Dans le ciel plus de problème » si je refuse de voir le lien à la croyance de la vie éternelle, et du paradis à la fin de nos jours, pourquoi uniquement avoir une réticence à la dernière phrase?

Qu’on veuille ou non, nos enfants sont exposés à la présence de la religion, nous n’en avons pas le choix, les noms de rues, les noms d’écoles, des édifices municipaux, le nom des villes etc. Moi cette semaine ce qui m’a fait mal c’est de réaliser que ce n’était pas juste à la télé que ça semblait mal aller pour la présence de Dieu dans nos vies et dans l’éducation de nos enfants, mais bien chez nous à l’École ou j’ai fait mon primaire, la même où mon fils est allé.

Un jour, j’ai lu cette citation :
« L’idée qu’il n’y a pas de Dieu ne fait trembler personne; on tremble plutôt qu’il y en ait un.
Diderot (Denis) » 
J’imagine qu’on peut y trouver une certaine relation avec la dernière semaine que nous avons vécue

C’était le sujet de ma chronique actualité au FM 101,7 que vous pourrez écouter ici

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :