La double fin de régime

by

Nous sommes à la veille de grandes transformations chez nos deux grandes formations politiques. Le scandale de la construction qui prend de l’ampleur, les sorties malheureuses de la plupart de des ministres du gouvernement Charest avec en tête le ministre Tommasi font du gouvernement Charest un gouvernement en sursis. Jean Charest a même profité de cette année pour aller porter son CV en personne partout autour de la planète.

Puis du côté du PQ les choses ne sont guère plus rose. Mme Marois s’est magasinée une foule d’ennemis à l’intérieur même de son parti avec la façon cavalière dont elle a expulsé le SPQ libre. Ce, après avoir désavoué Pierre Curzi une autre fois en mettant en veilleuse l’utilisation de la clause dérogatoire par rapport à la loi 104. Puis qui ne se rappelle pas de ses coupes en santé et de sa formidable réforme de l’éducation ?

On peut donc s’attendre à voir le ministre Gignac devenir le premier ministre désigné avec le mandat de mettre de l’ordre dans les finances publiques. Puis au PQ, il faut s’attendre à voir Gilles Duceppe revenir mettre de l’ordre dans la maison souverainiste.

Nous avons définitivement besoin d’une troisième voie !

Pierre Langlois

Publicités

2 Réponses to “La double fin de régime”

  1. lefinrenard Says:

    Jusqu’à maintenant, les attaques publiques contre Jean Charest n’avaient jamais réussi traverser l’épreuve des faits. Désormais, on cultive le doute. Brillant comme nouvelle approche : les médias adorent.

    Ceux-ci, en pleine crise de visibilité et de survie, se nourissent beaucoup plus du doute que des faits. Pourquoi chercher à trouver des scandales, quand on peut simplement en imaginer ?

    Voici les leçons pour percer la cuirasse de Jean Charest : http://bit.ly/bzkgWe

  2. Francois Richard Says:

    Sur le plan politique, le Québec, pays de l’étatisme levant , est très mal barré. Il est clair que les politiciens en sont responsables en grande partie mais la population, par sa non implication, a aussi une immense part de responsabilité. Le Québec a besoin d’une énorme cure de renouvellement et ça ne peut que passer, entre autre, par l’éducation politique.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :